Archives par étiquette : qualité

Des économies au détriment des petits Charentonnais !

A la rentrée 2017, parents et enfants découvraient, non sans peine, la nouvelle organisation de la crèche « Bleu ». Sous couvert d’expérimentation, l’exécutif municipal avait décidé de déléguer la gestion de cet établissement petite enfance à une entreprise privée. Si nous n’étions pas fondamentalement contre le principe, les garanties que nous demandions quant au maintien de la qualité du service rendu aux Charentonnais ne nous avaient pas été fournies.
Nous le savions, la seule motivation de la majorité municipale résidait dans les économies réalisées par ce changement. C’est donc sans surprise que l’exécutif a récemment souhaité étudier l’opportunité de recourir à un prestataire privé sur une autre structure, le multi-accueil « Paris ». Pour ce faire, un cabinet a été mandaté afin de réaliser un diagnostic des différents modes de gestion, notamment sur les aspects qualitatifs.
« Retours négatifs des parents », « équipe moins qualitative », « manque d’activités »… A un peu moins d’un an d’exploitation, le bilan est sans appel : la délégation de service public à la crèche « Bleu » n’a pas permis d’assurer la même qualité de service qu’en gestion directe par la ville.
Nous regrettons que malgré ce constat indéniable, l’exécutif municipal ait choisit d’étendre ce mode de gestion, certes moins coûteux, au multi-accueil « Paris ». Car si nous ne négligeons pas l’enjeu d’optimiser la dépense publique, nous n’acceptons pas que cela soit fait au détriment des Charentonnais, et encore moins les plus jeunes d’entre eux.
Alison UDDIN, Conseillère Municipale

Pollution de l’air : Charenton doit aussi agir !

Les récents épisodes de pollution de l’air aux particules fines nous ont rappelés à quel point il était temps d’agir pour que nous puissions enfin respirer un air sain, et particulièrement à Charenton. Mais ces pics de pollution ne doivent pas nous faire oublier que c’est la pollution chronique de l’air qui a le plus d’effets néfastes sur notre santé. Aujourd’hui, en France, cette pollution chronique représente la troisième cause de mortalité juste après le tabac et l’alcool. Et si l’on peut éviter de boire ou de fumer, on peut difficilement arrêter de respirer.

Le trafic routier est la première cause de pollution de l’air en ville

En Ile-de-France, plus de la moitié des particules fines que nous respirons proviennent du trafic routier. C’est le principal levier sur lequel agir et la ville de Charenton doit prendre sa part de responsabilité si elle ne veut plus subir le couperet de la circulation alternée qui s’avère peu efficace. Ainsi, notre groupe Charenton Avant Tout demande au maire de Charenton de s’associer à l’initiative parisienne de mise en place d’une zone de circulation restreinte pour les véhicules les plus polluants, via l’utilisation de la pastille de couleur Crit’air. Sans cela, le risque est grand que notre ville devienne le point de rencontre de tous les véhicules polluants qui s’arrêteront aux portes de la capitale.

PollutionAirParis

Accompagner le remplacement des véhicules polluants

D’autres moyens d’actions existent, comme l’instauration d’une aide municipale incitant à l’installation dans les parkings, publics ou privés, de prises de recharge pour véhicules électriques, qui permettra aux Charentonnais qui disposent d’une voiture et qui ne peuvent pas prendre les transports en commun d’opter pour la voiture électrique plutôt que diesel. Au travers de cette mesure, nous n’imposerions pas le choix du mode de transport et ferions en sorte que quel que soit ce choix, celui-ci soit moins polluant.

Loïc Rambaud
Conseiller Municipal de Charenton-le-Pont

Reclamons du bio pour les cantines de Charenton

Au menu dans les cantines à Charenton !

La qualité de l’alimentation est une préoccupation majeure des Français. Les récents scandales sur l’origine douteuse de certains aliments ou les révélations sur leur contamination par des pesticides aux effets néfastes sont particulièrement anxiogènes. Il est donc de la responsabilité des élus locaux de proposer des repas d’une qualité irréprochable dans les cantines des écoles, crèches ou maisons de retraite dont ils ont la charge.

A Charenton, si des efforts sont faits sur l’équilibre nutritionnel des repas, il existe une marge de progression énorme pour améliorer la qualité des repas servis. Cependant, la majorité municipale ne semble pas décidée à s’engager dans cette voie !

La préparation des repas servis dans les cantines de Charenton mérite d’être revue

Aujourd’hui, les repas dans les cantines des écoles sont fabriqués à plus de 40 km de Charenton, 2 à 4 jours avant d’être consommés, ce qui est loin d’être optimal pour garantir une qualité nutritive des aliments et assurer un impact minimum sur l’environnement (transport, maintien de la chaîne du froid, emballages). De même, à l’heure où la plupart des villes voisines introduisent une part de bio dans les repas et/ou une obligation d’utilisation de produits locaux, à Charenton, la ville ne souhaite pas en faire une priorité.

Reclamons du bio pour les cantines de Charenton

Il nous semble, au contraire, urgent de travailler à la relocalisation de la préparation des repas, par exemple en développant un partenariat avec une ou plusieurs des villes voisines, pour que les repas soient préparés à proximité et le jour même de leur consommation, avec un cahier des charges plus stricte sur la qualité et la provenance des aliments utilisés.