Archives par étiquette : maternelle

Dans les écoles de Charenton : punition collective pour parents défaillants !

Au sein des écoles de Charenton, une procédure de 2018 impose aux parents de pré-réserver les places de leurs enfants pour l’accueil du soir et du mercredi, au moins 10 jours avant. Cette procédure, peu souple, entraîne parfois quelques ratés lorsqu’une famille oublie de réserver. Mais jusqu’à présent, l’enfant était accueilli et la famille chargée du tarif maximum !

Depuis le 22 mars, la mairie a décidé de ne plus accueillir les enfants dont les parents n’auraient pas réservé leur place, bien que les capacités d’accueil, le personnel encadrant et le nombre de goûters disponibles le permettent. L’accès au centre de loisir est donc désormais refusé à ces enfants qui sont gardés à l’écart par les gardiens d’établissement dans l’attente d’une hypothétique arrivée des parents. Il s’agit en quelques sortes de punir les enfants pour une défaillance des parents ! De plus, cette mesure discriminatoire est prise au mépris des règles les plus élémentaires en matière de garde d’enfant, comme de ne jamais laisser un enfant seul en tête à tête avec un adulte.

Ainsi, pour gérer une poignée de parents récalcitrants à effectuer une démarche de réservation en ligne (environ une dizaine paraît-il), la municipalité emploie la manière forte et stigmatise des enfants qui n’y sont pour rien ! Nous l’invitons à changer de méthode et à réinstaurer un dialogue avec les parents pour imposer le respect d’une règle… qui était sans doute trop stricte dès sa conception.

Loïc RAMBAUD, Conseiller municipal

Rythmes scolaires : où est passé l’intérêt de l’enfant ?

La courte consultation des parents d’élèves menée fin décembre 2017, qui aura mobilisé à peine la moitié des familles, aura produit, de justesse, le résultat attendu par la majorité municipale, à savoir le retour à une organisation du temps scolaire sur 4 journées pleines dans les écoles de la ville.

Une consultation biaisée

Le déséquilibre des explications fournies par la municipalité aux parents d’élèves n’y aura sans doute pas été étranger : d’un côté une simple ligne en faveur du statuquo et de l’autre une pleine page d’arguments vantant le retour à 4 jours. Et pourtant, le principal intérêt de la municipalité pour le retour à 4 jours, à savoir l’économie de personnel municipal, n’a jamais été clairement évoqué.

Notre groupe ne peut que regretter ce retour en arrière qui tient compte de beaucoup d’intérêts particuliers (familles, professeurs) exceptés de ceux de l’enfant.

Un mois d’enseignement en moins chaque année

Désormais, c’est donc le temps d’une matinée d’enseignement qui sera perdu chaque semaine, soit pratiquement un mois par an, et des journées restantes qui seront encore surchargées. La majorité municipale, comme d’autres ailleurs, préfère se voiler la face et ignorer les médiocres performances des élèves français dans les classements internationaux.

Cette décision collective relève de l’irresponsabilité tant elle contribue à réduire les chances des générations futures.

Comment pourra-t-on expliquer dans quelques années que nous n’avions pas compris que c’est en répartissant mieux le temps d’enseignement sur l’année, et non en le concentrant sur un nombre réduit de journées, que l’on permet aux enfants de mieux apprendre et d’utiliser tout leur potentiel ?

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal
@rambaudloic