Archives par étiquette : Bruit

2018 : Année de la communication sur le développement durable à Charenton

En janvier dernier, le maire nous annonçait que 2018 serait l’année du développement durable à Charenton. Nous attendions alors impatiemment la liste des mesures qu’allait prendre la majorité pour intégrer le changement climatique dans sa politique.
Quelques mesures sont venues. Le tri dans les cantines, 3 ruches au bord de l’A4, la prime à l’achat pour 50 vélos électriques, la journée du développement durable, et puis quoi d’autre ?
Des choses aberrantes comme une cour d’école neuve bétonnée, sans arbre ni verdure, complétement à rebours de ce qui se fait ailleurs ! En novembre, nous sommes bien forcés de constater que les économies d’énergie ont surtout eu lieu sur les initiatives municipales crédibles. D’ailleurs le maire le disait lui-même dans ce journal : « les initiatives doivent surtout venir des citoyens ».
Au contraire, nous pensons que le rôle des élus est d’impulser les changements à l’échelle locale et d’accompagner les initiatives citoyennes. Multiplier l’offre de déplacements propres en créant un réseau dense de pistes cyclables, étendre le tri des biodéchets pour tous, supprimer le plastique jetable dans les cantines, relocaliser la production des repas pour éviter 100 km de transport quotidien, verdir les rues et les bâtiments municipaux pour réduire l’impact des canicules, etc. Les solutions sont là et nombreuses, il ne manque que la volonté de les mettre en œuvre.
 
Loïc RAMBAUD, Conseiller municipal
@rambaudloic

Quartier Bercy-Charenton : la majorité écoutera-t-elle (vraiment) les Charentonnais ?

A l’occasion d’une récente réunion publique, les Charentonnais ont pu partager leur vision de l’actuel quartier de Bercy et s’exprimer sur le projet d’aménagement urbain du futur quartier Charenton-Bercy.

La nécessité de résorber l’enclavement du quartier Bercy et d’établir des liaisons douces avec Paris et le reste de Charenton a fait l’unanimité. Tout comme le besoin d’un quartier vivant et animé par une mixité équilibrée entre logements, bureaux, services publics et commerces. Notre groupe « Charenton avant Tout » défend cette vision de l’aménagement urbain depuis plusieurs années et nous nous réjouissons donc de constater qu’elle est partagée par les habitants, mais aussi par la municipalité qui nous a assuré agir en ce sens.

Cependant, un autre point essentiel est revenu à plusieurs reprises parmi les habitants : celui de traiter efficacement le bruit et la pollution provoqués par l’autoroute A4, en la couvrant ! On voit mal en effet comment l’idée conceptuelle du futur quartier, à savoir créer du lien entre la Seine et le Bois de Vincennes, pourrait se concrétiser avec le maintien de cette barrière infranchissable que constitue l’A4. Le projet de conversion en boulevard urbain n’est manifestement plus à la hauteur de l’enjeu et nous continuons de penser que la couverture partielle de l’A4 est plus que jamais d’actualité pour reconquérir les berges de Seine. La majorité municipale aura t-elle le cran d’écouter les Charentonnais sur ce point ?

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal
@rambaudloic

face au bruit, les Charentonnais pas tous égaux !

Quelques heures seulement après la fin du « Weather Festival » dans le bois de Vincennes, la municipalité était vent debout contre les effluves de musique électronique que nous avons pu entendre jusqu’à Charenton. Une débauche d’énergie démesurée a été mise en œuvre pour « râler » contre ce festival parisien à coup de communiqué de presse et de vœu proposé au Conseil municipal. La preuve est faite que lorsqu’elle le veut, la majorité municipale peut agir vite, même très vite. C’est rassurant !

Il est malheureux qu’autant d’énergie ne soit pas engagée dans la lutte contre les nuisances sonores qui existent ailleurs à Charenton. Proposer de limiter (et non supprimer) le bruit de 3 nuits de festival serait un bon début. Agir pour réduire les nuisances que subissent d’autres Charentonnais(es) toute l’année et pas seulement la nuit, ce serait mieux ! Ces Charentonnais(es) là aussi comptent sur l’action de la municipalité pour faire avancer les dossiers d’une protection phonique le long de l’autoroute ou d’une couverture des voies ferrées. Sur ces aspects-là, nous ne pouvons que regretter que la majorité municipale ait totalement baissé les bras.

M. le maire, après 14 ans de mandat, il serait temps de réviser vos priorités en matière de lutte contre les nuisances sonores ! Proposez nous un vœu pour lutter contre les nuisances de l’autoroute et des voies ferrées et nous le voterons immédiatement.

Loïc RAMBAUD, Conseiller municipal.

Janvier 2015 – Le logement social est-il la nouvelle arme anti-bruit ?

Charenton est la ville du Val-de-Marne la plus exposée au bruit. Les maires successifs ont longtemps cru régler ce problème en érigeant des immeubles de bureaux ou des hôtels en guise de barrière sonore, comme dans les quartiers de Bercy ou de Port aux lions. Tolérons ce moindre mal s’il permet de protéger les résidents permanents du bruit. En revanche, lorsque ces immeubles de bureaux sont transformés en habitations, cela pose un réel problème. C’est pourtant ce qui se passe en ce moment à Charenton avec la réhabilitation des immeubles de bureau du Quai des carrières en logements sociaux. Le contexte de crise du logement ne peut pas tout excuser. S’il n’existe pas d’autres lieux pour installer les nombreux demandeurs de logements, il faut alors sérieusement réfléchir à mettre en place des protections phoniques. Ce n’est malheureusement que le long de l’autoroute ou des voies ferrées que l’on trouve les logements sociaux et ceci, sans la moindre protection.

Il n’existe pas de maire qui d’un côté saurait mobiliser les promoteurs immobiliers pour construire des logements de luxe le long du bois de Vincennes et d’un autre côté ne saurait pas trouver les moyens de cette même mobilisation pour aménager des protections contre le bruit de l’autoroute ou des voies ferrées. Non, tout est une question de volonté politique et celle-ci est absente à Charenton !