Archives par étiquette : 2019

Dans les écoles de Charenton : punition collective pour parents défaillants !

Au sein des écoles de Charenton, une procédure de 2018 impose aux parents de pré-réserver les places de leurs enfants pour l’accueil du soir et du mercredi, au moins 10 jours avant. Cette procédure, peu souple, entraîne parfois quelques ratés lorsqu’une famille oublie de réserver. Mais jusqu’à présent, l’enfant était accueilli et la famille chargée du tarif maximum !

Depuis le 22 mars, la mairie a décidé de ne plus accueillir les enfants dont les parents n’auraient pas réservé leur place, bien que les capacités d’accueil, le personnel encadrant et le nombre de goûters disponibles le permettent. L’accès au centre de loisir est donc désormais refusé à ces enfants qui sont gardés à l’écart par les gardiens d’établissement dans l’attente d’une hypothétique arrivée des parents. Il s’agit en quelques sortes de punir les enfants pour une défaillance des parents ! De plus, cette mesure discriminatoire est prise au mépris des règles les plus élémentaires en matière de garde d’enfant, comme de ne jamais laisser un enfant seul en tête à tête avec un adulte.

Ainsi, pour gérer une poignée de parents récalcitrants à effectuer une démarche de réservation en ligne (environ une dizaine paraît-il), la municipalité emploie la manière forte et stigmatise des enfants qui n’y sont pour rien ! Nous l’invitons à changer de méthode et à réinstaurer un dialogue avec les parents pour imposer le respect d’une règle… qui était sans doute trop stricte dès sa conception.

Loïc RAMBAUD, Conseiller municipal

2019 sous le signe de la solidarité

Le thème de l’année 2019 à Charenton sera donc celui de la solidarité. Ce choix de la majorité municipale nous semble tout à fait judicieux dans la mesure où la marge de progrès en la matière reste considérable à Charenton.

L’essentiel de la politique de solidarité menée à Charenton repose aujourd’hui sur les associations de bénévoles, qui réalisent un travail extraordinaire avec des moyens limités et fluctuants au gré de la bonne générosité des Charentonnais. Citons par exemple l’épicerie solidaire « Le petit plus » qui permet aux plus démunis d’accéder à des vivres bon marché, ou encore l’association des familles qui réalise bon nombre d’actions sociales et éducatives.

Par contre, le bras armé de la ville, le Centre Communal d’Action Social (CCAS), peine toujours autant à redistribuer les fonds qui lui sont attribués. Non pas parce que les besoins sont inexistants mais plutôt par excès de rigidité dans la définition des critères d’attribution des aides, ce qui amène chaque année le CCAS à disposer d’un excédent financier non utilisé.

Et puisque le maire admet qu’il est à l’écoute de nos propositions, voici une liste de premières mesures qui rendront immédiatement la ville plus solidaire : 1) réviser le barème du quotient familial pour le rendre équitable, 2) appliquer ce quotient dans l’ensemble des services municipaux, 3) revaloriser les subventions aux associations solidaires, 4) assouplir les critères d’attribution des aides du CCAS et 5) créer des postes municipaux de travailleurs sociaux.

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal
@rambaudloic
www.charentonavanttout.fr