Archives mensuelles : mai 2017

Ce quinquennat doit impérativement régler le sort de l’extrême droite !

Le second tour de l’élection présidentielle aura conduit plus de dix millions d’électeurs à faire le choix du Front National. Ce score est un record absolu pour ce parti extrémiste et il serait irresponsable de s’en accoutumer sans en chercher les causes. Le projet du FN est porté par des valeurs de rejet, de division et d’exclusion. Pourtant, nous refusons de croire que ces valeurs puissent être les seules vectrices du vote FN qui se propage telle une épidémie touchant toujours plus de français(es).

Le signal envoyé par ces millions de français doit en partie être compris comme une colère et un appel à l’aide. Il n’y a pas de mystère si le FN obtient ses plus faibles scores au cœur des grandes métropoles où l’offre de service public est maintenue à un haut niveau. L’abandon des zones rurales par les services de soins, les commerces, les usines, les services publics, puis par ses habitants, est l’une des raisons de l’expansion du vote FN en France.

Emmanuel Macron porte la responsabilité de mener une politique qui comble les écarts entre ces deux France. Il est impératif que son projet tienne compte des oubliés de la République et apporte plus de justice sociale au pays. A défaut, le barrage contre le FN à chaque second tour finira rapidement par céder. N’attendons pas d’être dans l’obscurité totale pour tracer les contours d’une France qui n’exclut personne. Aucun d’entre nous ne devrait plus jamais être tenté par le vote d’extrême droite.

Loïc Rambaud, Conseiller Municipal,

Ami insoumis, entends tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Ta déception est immense ! Elle dépasse de loin l’espoir porté de voir enfin un candidat de la vraie gauche, celle que tu défends, réussir à se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Ah oui, les choses auraient pu être si différentes. Les injustices envolées, les fondations d’une Europe plus humaine posées. Les lendemains qui chantent, nous nous serions enfin reparlés d’un avenir en commun. Le nom était si bien trouvé !

Malheureusement, le ciel s’est à nouveau obscurci. Mathématiquement, il s’en est fallu de peu. Tout se que tu dénonçais se retrouve désormais là devant toi : le fascisme, le racisme, l’exclusion, la finance, la violence, le mépris, l’exploitation, l’argent, l’abandon. A première vue, impossible d’en choisir un parmi les autres ! Non, vraiment, le choix sur la base de ces critères là paraît simplement impossible.

Jean-Luc Mélenchon a probablement eu raison de ne pas donner de consignes de vote car elles sont pour les moutons et les électeurs ne les respectent pas obligatoirement ! Ceux qui luttent contre leurs adversaires politiques puis qui appellent à voter pour eux le soir de la défaite ne sont pas crédibles et portent tout sauf l’espoir qui devrait animer les politiques. Nous savons pourtant tous que Mélenchon votera Macron dimanche prochain mais qu’il ne peut se permettre de l’annoncer haut et fort et brandir le drapeau du front républicain moribond qui ne convainc plus personne. La plupart des électeurs de gauche savent ce qu’ils ont à faire dimanche prochain, j’en suis persuadé. Pas besoin d’un guide mystique !

Non, tout ne s’est pourtant pas effondré le 23 avril dernier. Rien ne s’arrête au soir du premier tour. L’impatience de voir ton programme politique se réaliser ne doit pas t’aveugler et te tromper sur l’état actuel de la bataille. Ce n’est pas terminé. Tu aurais tort de déposer les armes et de noyer le chagrin dans l’inutilité d’un vote blanc, nul ou dans l’abstention. Ce ne sera certes pas pour cette fois mais, des élections, il y en aura d’autres, et ta responsabilité est de continuer à porter ce projet auquel tu crois. Inutile donc de te mettre hors du jeu dès dimanche prochain car l’étape suivante est déjà engagée. Il est impératif de continuer à porter le combat et d’animer une stratégie afin d’amener ce beau projet au pouvoir, échéances après échéances. Les ennemis politiques s’éliminent un par un. Ennemis d’abord, adversaires ensuite. Le Pen d’abord, Macron ensuite. Ce sera évidemment plus facile de cette façon là que l’inverse. Il ne s’agit pas se compromettre dans un vote que toi et moi dénoncions il y a peu, il s’agit d’ordonner les choses dans le temps et avec les contraintes qui s’imposent. Utilise les armes qui se présentent et choisi les efficaces ! Il est tout à fait raisonnable d’éloigner le FN du pouvoir lorsqu’il s’en approche. Pas seulement pour toi mais aussi pour tous ceux qui bénéficieront de l’avenir en commun.

La lutte contre le FN est engagée depuis 5 ans chez toi insoumis, ne le laisse pas prendre l’avantage au prétexte qu’il te dépassait de seulement quelques 600 000 voix. Amis insoumis reprend tes armes et déplace toi dimanche pour botter le cul des fascistes hors du jeu.

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal