Archives mensuelles : octobre 2014

Charenton-le-Pont, zone hors TAFTA ? La position du groupe Charenton Avant Tout

Intervention de Gilles-Maurice Bellaïche en Conseil Municipal du jeudi 16 octobre 2014 suite à la proposition de vœu du groupe « Pour Charenton, l’humain et l’écologie » visant à déclarer la commune de Charenton-le-Pont « hors zone TAFTA ».

« […] Le fond de ce vœu, je le connais bien, puisqu’on l’a déjà étudié ailleurs. Il date un peu dans sa forme, car depuis, un certain nombre de choses ont évolué. Certains ont eu raison d’alerter les pouvoirs publics :

  • sur la confidentialité des négociations : elles ne le sont plus,
  • sur l’opacité : cela n’est plus le cas,
  • sur l’imposition de ce TAFTA ou TTIP : c’est un traité donc, de toute manière, il devra passer pour ratification devant le Parlement, et s’il n’est pas ratifié, il ne sera pas mis en application.

Je suis tout à fait d’accord avec ce qui est demandé pour le contrôle démocratique, mais je ne suis absolument pas d’accord pour qu’on se prive d’ouvrir sur des nouveaux marchés. Le TAFTA est dans le sens Amérique du Nord – France, mais aussi dans le sens France – Amérique du Nord. Cela nous ouvre un certain nombre de marchés, mais bien entendu, il faut que cette supranationalité dont vous parlez soit supprimée.

La seule loi qui vaut en France est la loi française, et la seule loi supérieure à la loi française, ce sont les directives européennes que nous avons accepté d’intégrer dans notre législation. En aucun cas, on ne pourrait mettre les collectivités publiques, quelles qu’elles soient, en face des multinationales qui deviendraient les reines du monde ! C’est ORWELL, c’est 1984 ; en tout cas, ce n’est pas comme cela que je l’imagine.

Sur le reste, si ce vœu était adopté, j’adorerais qu’on mette en place le débat municipal proposé. Vous avez eu raison d’indiquer que c’était une image et un symbole, la « zone hors TAFTA », parce que j’allais proposer qu’on installe en même temps des octrois à l’entrée de la ville de Charenton, histoire de remettre un certain péage – pas pour l’écotaxe. En conclusion, nous nous abstiendrons sur cette proposition de vœu, parce que nous avons une cohérence. Vous revendiquez le vote au Conseil régional ; le groupe socialiste s’est abstenu, l’UMP a voté contre, il n’y a que le Front de Gauche et les Verts qui ont voté pour.

Résultat du vote : Le vœu est rejeté à la majorité (2 voix pour – groupes « Pour Charenton, l’Humain et l’Écologie » et « Charenton Ambition », 3 abstentions – groupe « Charenton Avant Tout », et 30 voix contre – groupe « Charenton Demain »)

Octobre 2014 – François Hollande dans la tempête

C’est une habitude très française que de demander la tête du capitaine dès que le pays traverse une crise majeure. Mais est-ce pour autant raisonnable ?

En 2012, dix années d’une politique de droite ont laissé 500 milliards de dette supplémentaire. Les attentes des français étaient grandes et légitimes. François Hollande aurait pu faire le choix de la facilité et poursuivre cette dangereuse fuite en avant, mais il ne l’a pas fait ! Non, car ce choix là, celui que nous proposent la droite et son extrême, est irresponsable pour l’avenir de notre pays. La gauche au pouvoir affronte de face les réalités économiques et en paye le prix avec sa côte de popularité.

La tentation du FN est grande pour ceux subissent la crise de plein fouet. Manuel Valls l’a bien compris et accélère le rythme des réformes : le pacte de responsabilité accompagnera les entreprises afin qu’elles recréent de l’emploi pour les français.

La réforme territoriale simplifiera l’administration française. Les nouveaux rythmes scolaires stopperont la lente dégradation des résultats scolaires. Le blocage des loyers et la mise en place d’une caution universelle pour les jeunes faciliteront le logement. La transparence des élus identifie ceux qui fraudent, de droite ou de gauche, et les poussent à la démission. Le non cumul des mandats renouvellera une partie de la classe politique. Tout cela, ce n’est pas l’UMP ou le FN qui le feront !

Loïc Rambaud,
Conseiller Municipal