Rythmes scolaires à Charenton : pour une simple modification de l’organisation de temps scolaire sur 4 jours ½ !

Entre le 14 et le 20 décembre, la ville de Charenton propose aux parents d’élèves de choisir entre 2 modalités d’organisation du temps scolaire : soit le statuquo d’une semaine à 4 jours ½ sans aucune modification, soit le retour à 4 jours d’école par semaine.

Une troisième option est possible

Notre groupe défend pourtant une troisième option qui éviterait de tout chambouler une nouvelle fois. Elle tiendrait compte des préoccupations des parents et des enseignants. C’est celle d’adapter l’organisation actuelle (sur 4 jours ½) en réduisant les pauses méridiennes de 2h à 1h30 les jours pleins (lundi, mardi, jeudi et vendredi). Cette option présente le mérite de journées plus courtes pour les élèves et les enseignants et va dans l’intérêt de tous :

  • Des enfants qui ont des journées d’apprentissage plus courtes et mieux réparties dans la semaine (5 matinées au lieu de 4) ;
  • Des enseignants qui voient leur présence à l’école diminuer pour se concentrer sur le temps strictement utile ;
  • De la ville et des associations qui peuvent organiser des activités périscolaires de meilleure qualité sur une période plus étendue chaque soir.

Nous dénonçons la vision purement financière qui amène certaines villes à revenir à une organisation à 4 jours créatrice d’inégalités entre les enfants. Nous appelons la municipalité Charentonnaise à ne pas faire ce choix.

Les parents doivent savoir qu’un retour à 4 jours n’aurait pas nécessairement les effets escomptés de réduction de la fatigue des enfants (par ailleurs plutôt contestée) si les journées d’école devaient commencer ¼ d’heure plus tôt et se finir plus tard chaque soir selon le modèle soumis au vote par la municipalité de Charenton.

Comme à Vincennes et Maisons-Alfort, nous invitons les parents Charentonnais à exprimer leur choix de rester sur une organisation à 4 jours ½.

Préservons les 5 matinées d’enseignement par semaine

Cette rentrée 2017 est marquée par la possibilité offerte aux communes qui le souhaitent de revenir à une organisation du temps scolaire sur 4 jours. Revenir sur la précédente réforme en faisant fi de tous les efforts qui ont pu être engagés par les communes pour s’adapter n’est pourtant pas la solution aux problèmes que cette réforme a pu créer. Il aurait été plus opportun de réfléchir à la pérennisation d’un dispositif d’accueil périscolaire facilité par l’Etat et accessible à toutes les communes.

Revenir à 4 jours serait une erreur

Revenir à la semaine de 4 jours est une erreur car il n’est plus à démontrer que c’est sur 5 matinées que les enfants assimilent le mieux les connaissances. Supprimer une demi-journée d’enseignement par semaine au motif que cela coûte est une insulte à l’avenir de nos enfants. Oui l’éducation coûte cher au pays mais l’ignorance bien plus encore !

Les enfants seraient fatigués de se lever 5 jours de suite ! Qu’à cela ne tienne, s’il faut installer une coupure dans la semaine alors remplaçons l’enseignement du mercredi matin par celui du samedi matin ! Notons que sous la semaine à 4 jours, les enfants dont les parents ne peuvent les garder à la maison le mercredi se lèvent tout de même sans pouvoir bénéficier d’une matinée d’enseignement, pendant que leurs camarades font la grasse matinée, ce qui créé une inégalité insupportable et ne résout pas le problème de fatigue.

A Charenton, tous les acteurs de l’éducation, parents, professeurs, personnels accompagnants et municipalité doivent réfléchir ensemble en mettant l’intérêt de l’enfant au cœur de leur priorité pour préparer la rentrée 2018. Nous demandons à la municipalité de ne pas renverser la table et de capitaliser sur les efforts engagés depuis 2014 pour maintenir la semaine à 4,5 jours à Charenton.

Ce quinquennat doit impérativement régler le sort de l’extrême droite !

Le second tour de l’élection présidentielle aura conduit plus de dix millions d’électeurs à faire le choix du Front National. Ce score est un record absolu pour ce parti extrémiste et il serait irresponsable de s’en accoutumer sans en chercher les causes. Le projet du FN est porté par des valeurs de rejet, de division et d’exclusion. Pourtant, nous refusons de croire que ces valeurs puissent être les seules vectrices du vote FN qui se propage telle une épidémie touchant toujours plus de français(es).

Le signal envoyé par ces millions de français doit en partie être compris comme une colère et un appel à l’aide. Il n’y a pas de mystère si le FN obtient ses plus faibles scores au cœur des grandes métropoles où l’offre de service public est maintenue à un haut niveau. L’abandon des zones rurales par les services de soins, les commerces, les usines, les services publics, puis par ses habitants, est l’une des raisons de l’expansion du vote FN en France.

Emmanuel Macron porte la responsabilité de mener une politique qui comble les écarts entre ces deux France. Il est impératif que son projet tienne compte des oubliés de la République et apporte plus de justice sociale au pays. A défaut, le barrage contre le FN à chaque second tour finira rapidement par céder. N’attendons pas d’être dans l’obscurité totale pour tracer les contours d’une France qui n’exclut personne. Aucun d’entre nous ne devrait plus jamais être tenté par le vote d’extrême droite.

Loïc Rambaud, Conseiller Municipal,

Ami insoumis, entends tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Ta déception est immense ! Elle dépasse de loin l’espoir porté de voir enfin un candidat de la vraie gauche, celle que tu défends, réussir à se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Ah oui, les choses auraient été enfin si différentes. La France n’aurait plus peur, les injustices envolées, les fondations d’une Europe plus humaine posées. Sûr que les sourires seraient revenus sur nos visages, nous nous serions enfin reparlés d’un avenir en commun. Le nom est si bien trouvé !

Malheureusement, le ciel s’est à nouveau obscurci. Mathématiquement, il s’en est fallu de peu. Tout se que tu dénonçais se retrouve désormais là devant toi : le fascisme, le racisme, l’exclusion, la finance, la violence, le mépris, l’exploitation, l’argent, l’abandon. A première vue, impossible d’en choisir un parmi les autres ! Non, vraiment, le choix sur la base de ces critères là est simplement impossible.

Mélenchon a bien eu raison de ne pas donner de consignes de vote, elles sont pour les moutons ! Ceux qui luttent contre leurs adversaires politiques puis qui appellent à voter pour eux le soir de la défaite nous débectent, ils ne sont pas crédibles et portent tout sauf l’espoir qui devrait animer les politiques. Nous savons pourtant tous que Mélenchon votera Macron dimanche prochain mais qu’il ne peut se permettre de l’annoncer haut et fort et brandir le drapeau du front républicain moribond qui ne convainc plus personne. La plupart des électeurs de gauche savent ce qu’ils ont à faire dimanche prochain, j’en suis persuadé. Pas besoin d’un guide mystique !

Non, Tout ne s’est pourtant pas effondré le 23 avril dernier. Rien ne s’arrête au soir du premier tour. L’impatience de voir l’avenir en commun se réaliser ne doit pas t’aveugler et te tromper sur l’état actuel de la bataille. Celle-ci n’est pas terminée. Tu aurais tort de déposer les armes et de noyer le chagrin dans l’inutilité d’un vote blanc, nul ou dans l’abstention. Ce ne sera certes pas pour cette fois mais, des élections, il y en aura d’autres, et ta responsabilité est de continuer à porter ce projet jusqu’à son adoption par la majorité des français. Inutile donc de te mettre hors du jeu dès dimanche prochain car l’étape suivante est déjà engagée. Il est impératif de continuer à porter le combat et d’animer une stratégie afin d’amener ce beau projet au pouvoir, échéances après échéances. Les ennemis politiques s’éliminent un par un. Ennemis d’abord, adversaires ensuite. Le Pen d’abord, Macron ensuite. Ce sera évidemment plus facile de cette façon là que l’inverse. Il ne s’agit pas se compromettre dans un vote que toi et moi dénoncions il y a peu, il s’agit d’ordonner les choses dans le temps et avec les contraintes qui s’imposent. Utilise les armes qui se présentent et choisi les efficaces ! Il est tout à fait raisonnable d’éloigner le FN du pouvoir lorsqu’il s’en approche. Pas seulement pour toi mais aussi pour tous ceux qui bénéficieront de l’avenir en commun.

La lutte contre le FN est engagée depuis 5 ans chez toi insoumis, ne le laisse pas prendre l’avantage au prétexte qu’il te dépassait de seulement quelques 600 000 voix. Amis insoumis reprend tes armes et déplace toi dimanche pour botter le cul des fascistes hors du jeu. Ensuite, occupe toi du banquier !

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal

Pour les cantines Charentonnaises, la municipalité peut mieux faire !

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Mon groupe “Charenton Avant Tout” a déjà eu l’occasion d’exprimer à maintes reprises sa volonté de voir s’améliorer la qualité des repas proposés au sein des cantines gérées par la municipalité. Je crois que nous serons tous d’accord dans cette assemblée pour dire qu’il est impératif de proposer à nos enfants et à nos ainés une offre alimentaire qui soit saine et équilibrée.

Un peu de bio dans les assiettes, un bon début !

Dans la proposition d’accord cadre que vous nous soumettez à délibération, nous notons que des efforts ont été faits sur l’introduction d’aliments issus de l’agriculture biologique française et d’aliments produits en circuits courts. Il aura tout de même fallu plusieurs interventions de notre part, et l’action coordonnée des associations de parents d’élèves de la ville, pour que vous preniez enfin la mesure des attentes qui étaient exprimés par les Charentonnais. Récemment encore vous nous opposiez l’argument du coût pour justifier votre refus d’introduire du bio dans l’alimentation des enfants. Nous nous réjouissons donc que vous ayez changé d’avis et que vous inscriviez Charenton parmi les villes qui introduisent du bio dans l’alimentation proposée dans les cantines municipales.
Avec le bio, il ne s’agit pas tant de répondre à un effet de mode qu’à une réelle préoccupation de santé publique sur les effets provoqués par les multiples substances chimiques que l’on retrouve trop souvent dans les aliments. Nous aurions donc souhaité qu’une part plus large soit accordée aux produits biologiques.

La cuisine centrale de Créteil-Alfortville

Réorganiser la production des repas pour en améliorer la qualité

Néanmoins, il reste bien d’autres aspects de l’organisation de la production et livraisons des repas qui mériteraient d’être révisées et sur lesquels l’accord cadre proposé ce soir n’apporte aucune amélioration. Aujourd’hui les repas sont fabriqués entre 24 et 72 heures à l’avance et à plus de 40 kilomètres d’ici, nécessitant un important dispositif de stockage et transports frigorifique, très couteux en énergie, et qui nécessite l’utilisation d’une quantité invraisemblable de barquettes plastiques, fussent-elles recyclables ou biodégradables. D’un côté on veille à proposer des repas équilibrés et de l’autre on ne prête pas vraiment d’attention à la qualité gustative des repas. J’évoque ici le fait qu’un repas préparé 72 heures en avance perd forcément goût et en qualité nutritionnelle par rapport préparé le jour même.

Nous pensons que notre ville pourrait se faire l’initiatrice d’un projet de cuisine centrale, autogérée ou mis en délégation, qui pourrait être partagé avec plusieurs de nos communes voisines, par exemple au sein du territoire Paris-Est Marne et Bois. Cela se voit déjà dans de multiples communautés de communes, à droite comme à gauche. Techniquement, cela suppose de passer de la liaison froide actuellement pratiquée à Charenton, à la liaison chaude. Les avantages seraient colossaux, des repas préparés le jour même de leur consommation pour une qualité gustative et nutritionnelle préservée, des transports réduits à leur stricte minimum et donc une empreinte écologique réduite, et avec en prime des emplois crées sur notre bassin d’emploi. Nous aurions tout à y gagner.

Loïc RAMBAUD, Conseiller Municipal

Intervention prononcée lors de la séance du 7 décembre 2016 du Conseil Municipal de Charenton-le-Pont.

Pollution de l’air : Charenton doit aussi agir !

Les récents épisodes de pollution de l’air aux particules fines nous ont rappelés à quel point il était temps d’agir pour que nous puissions enfin respirer un air sain, et particulièrement à Charenton. Mais ces pics de pollution ne doivent pas nous faire oublier que c’est la pollution chronique de l’air qui a le plus d’effets néfastes sur notre santé. Aujourd’hui, en France, cette pollution chronique représente la troisième cause de mortalité juste après le tabac et l’alcool. Et si l’on peut éviter de boire ou de fumer, on peut difficilement arrêter de respirer.

Le trafic routier est la première cause de pollution de l’air en ville

En Ile-de-France, plus de la moitié des particules fines que nous respirons proviennent du trafic routier. C’est le principal levier sur lequel agir et la ville de Charenton doit prendre sa part de responsabilité si elle ne veut plus subir le couperet de la circulation alternée qui s’avère peu efficace. Ainsi, notre groupe Charenton Avant Tout demande au maire de Charenton de s’associer à l’initiative parisienne de mise en place d’une zone de circulation restreinte pour les véhicules les plus polluants, via l’utilisation de la pastille de couleur Crit’air. Sans cela, le risque est grand que notre ville devienne le point de rencontre de tous les véhicules polluants qui s’arrêteront aux portes de la capitale.

PollutionAirParis

Accompagner le remplacement des véhicules polluants

D’autres moyens d’actions existent, comme l’instauration d’une aide municipale incitant à l’installation dans les parkings, publics ou privés, de prises de recharge pour véhicules électriques, qui permettra aux Charentonnais qui disposent d’une voiture et qui ne peuvent pas prendre les transports en commun d’opter pour la voiture électrique plutôt que diesel. Au travers de cette mesure, nous n’imposerions pas le choix du mode de transport et ferions en sorte que quel que soit ce choix, celui-ci soit moins polluant.

Loïc Rambaud
Conseiller Municipal de Charenton-le-Pont

Les 22 et 29 janvier 2017, venez voter aux primaires de la Gauche à Charenton.

En janvier prochain, les socialistes et leurs alliés au sein de la Belle Alliance Populaire organisent des élections primaires citoyennes afin de désigner leur futur candidat à l’élection présidentielle d’avril et mai 2017.

Fort du succès des premières primaires citoyennes organisées dans notre pays par le parti socialiste en 2011, nous avons souhaité (ré)ouvrir la possibilité de voter à l’ensemble des citoyens qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche. Tous les électeurs qui auront la possibilité de voter lors de la présidentielle pourront donc voter lors de la primaire.

Copié par l’ensemble des autres grandes formations politique à droite comme à gauche, ce moment des primaires citoyennes devient un moment incontournable dans la préparation de l’élection présidentielle. Nous regrettons fortement que plusieurs de nos alliés traditionnels à gauche aient d’ores et déjà refusés de présenter des candidats à cette élection qui leur ait resté ouverte jusqu’à très récemment. La menace de la montée des populismes et nationalismes dans le monde et notamment en Europe devrait pourtant inciter l’ensemble des partis de la gauche française à s’unir pour éviter de se faire balayer dès le premier tour de la présidentielle. Malgré cela, nous invitons vivement l’ensemble des électeurs Charentonnais de gauche à venir voter.

A Charenton, trois bureaux de vote seront ouverts entre 8h00 et 20h00 :

– Hôtel de Ville : 48, rue de Paris

– Ecole Port aux Lions : 4, rue du Port aux Lions

– Permanence du PS : 35, rue de Verdun

Alors, les 22 et 29 janvier, venez choisir le candidat de la Gauche.

Opération immobilière sur l’ancien Lycée Jean Jaurès – Charenton

Après nos nombreuses remarques et interpellations, nous sommes heureux d’avoir été entendus par la majorité. Dans une précédente tribune nous prenions à témoin les Charentonnais(es) sur les avantages incroyables que consentait le maire de Charenton à un promoteur immobilier privé (Nexity) en lui permettant de proposer à la vente des appartements, à l’emplacement de l’ancien lycée Jean Jaurès, alors … qu’il n’en était pas encore propriétaire.

Depuis sa prise de fonction, le nouveau maire à fait droit à notre demande : suppression des larges publicités sur l’avenue de Gravelle et démontage de la « bulle » de vente. Avions nous déjà, à ce moment là, raison de nous inquiéter ?

Un bâtiment qui doit retrouver un usage à l’attention de tous les Charentonnais

Si nous nous félicitons de cette démarche municipale, nous restons dubitatifs quant à l’avenir proposée pour ce site. Le lycée Jean Jaurès fait partie du patrimoine immobilier des Charentonnais ! Il conviendrait que le nouveau maire revienne sur les décisions absurdes de son prédécesseur et engagent les démarches visant à réhabiliter ce bâtiment au service de l’intérêt général des Charentonnais, plutôt que de le transformer en appartements de luxe au profit de quelques uns. Par le passé, des municipalités courageuses ont prouvés qu’il était possible de sauver des bâtiments remarquables sur notre commune pour les rendre à l’usage des Charentonnais. C’est par exemple le cas d’une vieille ruine qui a été restaurée il y a plus d’une centaine d’année afin d’en faire l’hôtel de ville qui rend notre ville aujourd’hui si fière.

Gilles-Maurice Bellaïche, Alison Uddin et Loïc Rambaud

Lycée Jean Jaurès – Nexity vendeur sans être propriétaire

L’obsession d’avoir à tout prix raison, est-elle en train de faire perdre le sens commun à la majorité municipale de notre ville ? Le dernier épisode sur le devenir de l’ex lycée Jean Jaurès est …incroyable !

La mise en vente de l’ex lycée jean Jaurès a commencée

En effet, nous avons vu sur la façade de l’ancien lycée fleurir un gigantesque panneau annonçant la mise en vente de l’immeuble par NEXITY… sauf que NEXITY, ce promoteur immobilier, n’est pas le propriétaire officiel, simplement titulaire d’une promesse de vente qui ne sera exécutoire qu’au moment de la levée de tous les recours juridiques.
Les élus du groupe « Charenton avant tout » sont révoltés par cette majorité LR/UDI qui, avec un sentiment de totale impunité, se croit autorisée à enfreindre la loi. Nous dénonçons cette volonté de casser tout dialogue avec les riverains en tentant illégalement de les mettre devant le fait accompli.
Malheureusement, pour l’équipe du maire démissionnaire Jean-Marie Brétillon, le résultat est connu d’avance : retards, coûts d’avocats en hausse pour la ville, projets en berne, friches dans la ville, …

lycee jean jaures charenton

Des méthodes contre productives

Au bout du compte, certes l’ego du bientôt ex-maire sera conforté mais ce sont les Charentonnais qui paieront ces errements égocentriques ! En définitive vous l’aurez remarqué, ce manque éclatant de dialogue avec les Charentonnais et cette volonté de passer en force contre tous entraînent recours et conflits qui bloquent TOUS les projets immobilier de la ville comme par exemple le projet d’école élémentaire Anatole France, l’opération sur l’ex lycée Jean Jaurès, le projet de la rue du Pont, …).
N’est-il pas temps de procéder autrement ?

J-M Brétillon brise la démocratie à Charenton !

Jean-Marie Brétillon, le maire de Charenton, a-t-il perdu les pédales ?
Invectives, refus de débattre sur le fond, propos dénigrants, attaques personnelles, micro coupé, séance levée avant le terme du débat, non transmission de documents essentiels, … Voilà ce que le maire de Charenton fait « subir » aux élus des oppositions qu’ils soient de droite ou de gauche !
Tellement sûr d’être l’incarnation vivante de la ville, le voilà prêt à croire que critiquer sa gestion serait critiquer Charenton. Et bien non !
Nous aimons notre ville, mais rejetons son mode actuel de gestion,
Nous aimons notre ville, mais dénonçons le vivre ensemble que cette majorité nous propose,
Alors quand J-M Brétillon dit à ceux qui “osent” s’opposer à sa politique :« Charenton on l’aime ou la quitte », les Charentonnais qui s’opposent à sa politique, lui répondent : « nous aimons Charenton, notre ville, mais c’est la politique que vous menez qui nous déplaît : vous n’êtes pas, et ne serez jamais, Charenton ! »

20160217-Le Parisien les élus PS quitent le Conseil

Vous trouverez ci-dessous le texte intégral de l’intervention de G-M BELLAÏCHE, prononcée au non des élus du groupe “Charenton avant tout !” lors du dernier Conseil municipal de Charenton qui s’est tenu le 17 février 2016 :

Monsieur le Maire,
Mes cher(e)s Collègues,

C’est le moment du Débat d’Orientation Budgétaire.
Moment politique s’il y en avait.

C’est l’instant où les groupes politiques peuvent exposer leurs positions sur l’existant et la route à suivre pour l’avenir. J’ai bien dit les groupes politiques, ou les élus démocratiquement installés s’ils n’ont pas de groupe.
En effet, et c’est pour nous l’occasion de saluer le bon travail de l’administration sur les documents de DOB qui nous ont été remis. Lire la suite